Kirghizstan: le bilan

Les jours défilent et voilà qu’il est déjà temps pour nous de dire au revoir au Kirghizstan et de publier notre article de bilan ! On peut déjà vous dire que nous n’avons pas vu le temps passer et que nous serions bien restés un peu plus pour découvrir davantage ce pays méconnu…

Quelques chiffres 

Durée du séjour : 59 jours

Budget moyen quotidien (2 pers.) : 11 € par jour (hors billet d’avion et hors logement)… comme vous pouvez le constater, le coût de la vie au Kirghizstan est vraiment bas !

Evolution pondérale : Jon : -0,5 kg // Mag : + 1kg

Les tops et les flops du séjour

On a aimé

  • La beauté des paysages : si vous aimez la hauteur, le Kirghizstan est fait pour vous ! 95% de son territoire est couvert de montages avec certains pics culminant à plus de 7000 mètres d’altitude ! Les paysages sont magnifiques et laissent place à une nature encore sauvage. Ce fut vraiment une bonne découverte pour nous car nous ne savions pas du tout à quoi nous attendre à ce niveau-là.

CDSC_0639

  • L’authenticité : le Kirghizstan est encore l’un de ces pays qui échappe pour le moment à l’afflux massif de touristes… et cela participe clairement aux charme de la région car rien n’a encore été dénaturé. Mises en scène et chasse aux touristes ne sont toujours pas d’actualité. L’accès à la culture kirghize se veut encore authentique : partout, on peut voir des hommes portant le kalpak, chapeau traditionnel, ou partageant une lipiochka entre les convives sans que cela ne soit surjoué. On adore !

CDSC_0569

  • Le mélange des cultures : on vous en parlait il y a peu de temps, le Kirghizstan est clairement au confluent de nombreuses cultures : arabe, russe, asiatique… Nous avons rarement assisté à un tel métissage. Dans les églises chrétiennes, on s’installe à terre, sur des tapis orientaux. Au restaurant, on mange des lëghmën (plat ouïghour), accompagnés de chachlyks kazakhs tout en buvant du thé turc…

CDSCN5600

  • Les bazars : colorés et animés, les bazars sont le cœur de tout village au Kirghizstan. Ces sortes de grands marchés semi-couverts vendent de tout : des légumes aux poissons en passant par les produits ménagers, les épices ou encore les tapis. Il y en a pour tous les goûts, on ne sait plus où donner de la tête et les prix sont plus que modestes. Le seul danger : se perdre dans les immenses dédales !

CDSCN5385

On n’a pas aimé

  • La corruption : malheureusement, la corruption est l’un des aspects qui, d’après nous, rend vraiment la vie au Kirghizstan difficile. La police est corrompue et procède à des arrestations pour des motifs futiles afin de se voir verser quelques pots–de-vin. L’Etat semble mettre les impôts des citoyens directement dans ses poches car tout le pays est à l’abandon. Les infrastructures laissées en bon état par l’Union soviétique arrivent tout doucement en bout de course et ne sont pas rénovées. Autre exemple de corruption: les médecins concluent des accords avec des cliniques privées et touchent un pourcentage par client envoyé dans ces centres… autant dire que ce n’est pas la santé du patient qui prime !
  • La pauvreté : nous l’ignorions totalement lorsque nous sommes arrivés ici mais le Kirghizstan est l’un des pays le plus pauvre au monde, derrière certains pays d’Afrique comme la Mauritanie, le Cameroun ou le Sénégal. Bien que la misère soit relativement cachée (peu de mendiants dans les rues, pas de maisons en ruine…), elle est réelle et profonde. En effet, près d’un tiers des Kirghizes vivraient avec moins de $36 par mois ! Nombre de jeunes quittent le pays, cherchant un avenir meilleur en Russie. Les retraités n’ont d’autre choix que de continuer à travailler car la pension ne permet pas de couvrir le coût des produits de première nécessité. Les enfants des campagnes ne vont pas à l’école pour aider leurs parents dans les exploitations agricoles…

DSC_0083

  • La mauvaise qualité des soins de santé : heureusement, nous n’avons jamais dû nous frotter aux soins médicaux kirghizes… mais les témoignages de nombreuses personnes dans notre entourage font froid dans le dos : infections post-opératoires, erreurs de diagnostic monumentales, manque d’hygiène… Sans compter les difficultés pour se procurer le moindre médicament. Autant vous dire que les expatriés préfèrent se payer un billet d’avion vers le Kazakhstan voisin ou la Russie pour se faire soigner. Quant aux locaux…
  • Les problèmes environnementaux : au Kirghizstan, les problèmes environnementaux sont légion et constituent un véritable fléau pour ce pays aux grandes étendues sauvages. Le recul des glaciers, dû au changement climatique, est alarmant et pourrait bientôt priver tout le pays de ses ressources en eau potable. La gestion des déchets est catastrophique (voire inexistante) et bien souvent limitée à des décharges à ciel ouvert, obligeant la population à brûler ses déchets quotidiens dans la rue…

DSC_0535

 Si vous aussi vous souhaitez visiter le Kirghizstan…

Evidemment, nous n’avons pas vécu le Kirghizstan en tant que touristes… Nous étions logés dans un petit appartement et avons cuisiné 95% de nos repas… Difficile dans ces conditions de donner de vrais bons tuyaux mais nous avons tout de même quelques bonnes adresses…

Bichkek

Où manger ?
  • Tchaïkana Jalal-Abad : les tchaïkana sont, littéralement, des maisons de thé. On s’y asseoit sur de gros tapis et l’on peut y goûter les plats traditionnels kirghizes. La tchaïkhana Jalal-Abad offre une magnifique façade traditionnelle en bois sculpté. L’ambiance y est détendue et l’adresse est fréquentée par les locaux. On y déguste les meilleurs chachlyks (brochettes braisées) de tout Bichkek, un régal !!

CDSC03663

  • Dolce Vita : les pizzas y sont aussi bonnes qu’en Italie (et c’est un Italien qui vous le dit !) : fines et moëlleuses. Les autres plats ne sont malheureusement pas à leur hauteur… il faut dire que la barre a été mise haut ! On ne vous conseille pas le restaurant rival, le Bella Italia, qui est correct mais plus international qu’italien et cher pour les petites portions que vous aurez dans votre assiette…

Et si c’était à refaire ?

  • Prendre plus de temps pour découvrir le pays : de manière générale, le Kirghizstan s’est révélé être une bonne surprise et notre seul regret est de ne pas avoir visité le pays autant que nous l’aurions souhaité… Ceci dit, les vols aériens jusque Bichkek ne sont pas trop chers (de l’ordre de 450€ A/R par personne) et la vie sur place ne coûte rien… vous l’aurez compris, nous reviendrons sans doute d’ici peu faire plus ample connaissance avec le pays…

CDSCN5640

Mag

3 réponses à “Kirghizstan: le bilan

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s